Aventures en SUP : un ultra-triathlon avec les Tempest Two

Début octobre 2017, les Tempest Two, alias James Whittle et Tom Caulfield, ont décidé de s’attaquer à une première mondiale : un ultra-triathlon à travers l’un des environnements les plus naturels de la planète, la Patagonie.

Depuis 2015, ces deux garçons ont prouvé que « des personnes ordinaires pouvaient accomplir des choses extraordinaires » et qu’avec une bonne dose de confiance en soi et beaucoup de travail, tout était possible. Leur dernier projet en date avait pour but de les faire sortir encore plus de leur zone de confort afin de relever le défi le plus ambitieux qu’ils aient eu à affronter jusqu’à présent.

Leur triathlon aventure unique au monde était composé d’une longue course à vélo de 1 600 km, suivie par 65 km de course à pied avant de terminer par 200 km en SUP sur deux immenses lacs glaciaires. Ce projet semblait ambitieux, d’autant plus quand on sait que les garçons ne possédaient strictement aucune expérience dans ces trois disciplines. En réalité, leurs premiers pas sur une stand-up paddle board ne remonte qu’à quelques mois auparavant !

Avant qu’ils ne se mettent en route, nous avons demandé aux garçons de résumer leur voyage avec leurs propres mots pendant qu’ils se préparaient et planifiaient le mois à venir.

« Notre principal obstacle n’est pas la distance mais la météo. »

Patagonia rivers

« Lors de notre prochaine expédition, nous nous rendrons dans ce qui est considéré comme l’une des régions les plus naturelles et magnifiques de notre planète. La Patagonie est une terre pleine de contraste qui s’étend à travers le Chili et l’Argentine. Les sommets des Andes jouxtent les plaines désolées de la steppe patagonienne et des forêts luxuriantes se heurtent aux rochers et au sable. C’est le territoire des gauchos, un groupe de gens qui vivent de la terre et défendent cette dernière farouchement.

C’est là que nous allons relever le défi le plus ambitieux que nous ayons eu à affronter jusqu’à présent. Un triathlon aventure unique au monde qui va nous pousser dans nos derniers retranchements physiques et psychologiques, et qui nous permettra d’explorer la région d’une manière totalement unique.

La première partie de notre triathlon est une course de 1 600 km à vélo de Bariloche, une ville au nord du pays, à El Chalten, un village du sud. Celle-ci nous verra longer des montagnes, des lacs et des glaciers avant, finalement, de nous faire traverser le vide du désert de Patagonie.

La deuxième partie est un ultra-marathon de 65 km à travers les montagnes du massif du Fitz Roy. Nous nous attaquerons au célèbre circuit Huemul (un itinéraire de randonnée qui prend généralement quatre jours) et nous espérons être les premiers à parcourir la distance en 24 heures.

Notre dernier défi nous fait monter sur nos planches de stand-up paddles gonflables pour entamer un marathon de 200 km de vent, de vagues et d’eau glacée. Nous traverserons les deux immenses lacs glaciaires, le Viedma et l’Argentino, ainsi que la rivière voisine.

Map of lakes for world first Patagonia road paddle board

Notre manque d’expérience dans ces disciplines est considéré par beaucoup comme naïf et idiot, mais nous savons par expérience que cela peut aussi être une bénédiction.  En 2016, nous avons traversé l’Atlantique à la rame sans jamais avoir fait de voile ou d’aviron, nous avons gravi le Mont Blanc sans aucune expérience en matière d’alpinisme et nous avons conduit des motos de Londres au désert du Sahara moins d’une semaine après avoir passé notre permis. Étant novices, nous n’avions aucun souci d’orgueil et nous n’avions ni a priori ni opinions préalables. Évidemment, nous pensons que l’expérience peut être un atout, mais nous avons appris qu’être inexpérimenté n’était pas une raison pour fuir devant quoi que ce soit.

Donc, nous revoilà ! Et nous sommes fiers d’avoir le soutien de Red Paddle Co pour nous aider à atteindre notre but. Nous avons travaillé avec les membres de l’équipe ces derniers mois afin de déterminer quel était le meilleur régime d’entraînement au SUP, quelles étaient les planches idéales pour le périple et comment nous préparer efficacement. Leur expertise nous a donné les outils pour réussir ainsi que l’assurance nécessaire pour persévérer en dépit du nombre incalculable de personnes nous ayant dit que la partie en SUP était particulièrement impossible.

two guys holding paddles in SUP leassion

Nous emporterons deux planches de paddle gonflables Voyager 13’2’’ avec nous, ainsi que des sacs hermétiques pour garder notre tente, notre équipement et nos provisions au sec et en sécurité. La durabilité et la fiabilité des stand-up paddle boards furent un élément déterminant au moment de choisir une marque. Il était donc logique d’opter pour Red Paddle Co.

Nous avons l’intention de pagayer du matin jusqu’au soir et nous ferons en sorte de camper sur les berges du lac tout au long du voyage. Notre principal obstacle n’est pas la distance mais les conditions météo. La Patagonie est l’endroit le plus venteux de la planète en dehors de l’Antarctique, avec des rafales dépassant régulièrement les 100 km/h. Nous sommes pratiquement à la merci de la météo et nous nous attendons à ce que, certains jours, nous devions pagayer pour simplement rester immobile et que d’autres, nous profitions d’un vent arrière nous poussant vers notre destination (On peut toujours rêver !).

Le SUP étant une nouvelle technique pour nous, nous avons adapté notre régime d’entraînement pour intégrer des muscles et des mouvements que nous n’avions pas encore utilisés. Les exercices axés sur la sangle abdominale sont devenus un élément central de nos séances de musculation et nous sommes désormais capables d’effectuer confortablement un certain nombre de mouvements sur des planches d’équilibre ou des swiss balls. Nous avons également ajouté des exercices axés sur le dos et les épaules à notre programme d’entraînement afin de développer les muscles et la souplesse nécessaires pour éviter les blessures que pourraient causer les milliers de coups de pagaie qui nous mènerons, nous l’espérons, jusqu’à la ligne d’arrivée.

Ce qui nous attend sera plein de hauts et de bas mais nous savons que ces derniers coups de pagaie nous permettant de franchir la ligne d’arrivée seront sans aucun doute les meilleurs moments de 2017. C’est ce à quoi nous penserons lors de notre entraînement épuisant et cela restera notre objectif dans les moments difficiles qui nous attendent. »

Au cours des prochaines semaines, nous allons revenir sur les hauts et les bas de cette aventure épique et découvrir comment s’en sortent les Tempest Two au cours de cet incroyable périple.

Image d’en-tête :Ben Read Photography